If you are having trouble viewing this newsletter, please click on the link to view: http://www.forestresearch.ca/E_Newsletter/06-09.html
Pour lire la numero en francais cliquez ici


Date: June 2009



Inside this issue:
1. General Manager’s Message

What’s Been Happening?

2. FRP Work with LiDAR and Semi-automated Analysis Continues
3. Canadian Forest Management Database Kept Up to Date
4.FRP Well-Represented at CWFC Forest Inventory Research Workshop
5. FRP Catalogue – Updated and On-line
6. Workshop Features Best Management Practices in Prevention of Logging Damage
7. Algonquin Section Red Oak Tour
8. FRP Helping to “Protect What Sustains Us”
9. Working Knowledge
10. Wow Factor – OCE Discovery 09
11. The Gurd Research and Tree Improvement Area

Upcoming events:

12.FRP to be featured in CIF-IFC E-lecture Series

Point of Interest

Tree Tips
13. Sowing Red Oak Acorns & Red Oak Research and Demonstration Area in Phelps Township
14.The Buzz on Campus

What do you think of our electronic newsletter?

 

Contenu du présent numéro:
1. Message du directeur

Les dernières nouvelles...

2. Le PRF travaille avec LiDAR et lèanalyse semi-automatisée se poursuit
3. On garde la base de données de gestion de forêt canadienne à jour

4. Le PRF est bien représenté à l’Atelier de recherche sur l’inventaire forestier du CCFB
5. Mise à jour du catalogue du PRF – il est accessible en ligne

6. L’atelier présente les pratiques exemplaires de gestion pour la prévention du dommage causé par l’exploitation forestière

7. Tournée du chêne rouge
8. Le PRF aide à « protéger ce qui assure notre subsistance » 
9. Connaissance pratique

10.Facteur Wow – Découverte 2009 des CEO

11. La région de recherche et d’amélioration des arbres Gurd

Événements à venir

12. Le PRF sera en vedette dans la série de conférences électroniques de l’IFC-CIF

Points d’intérêt

Conseils sur les arbres
13. La semence des glands du chêne rouge Aire de recherche et de démonstration sur le chêne rouge dans le canton de Phelps
14. Les dernières nouvelles sur les campus

Que pensez-vous de notre cyberbulletin?






General Manager’s Message

The 9th year of the FRP, as with previous years, has just come to very successful conclusion. Through past messages, we have emphasized how we measure success and value for money; everything from low administration costs, funding leveraged, projects completed on time, budget and scope, and the implementation of new science into practice are core measures of success in any research organization. The FRP continues to shine in each of these areas. With this newsletter, I would like to highlight the primary reason for our continued success – the people involved.Al Thorne

Since becoming part of the FRP a few years ago, I quickly came to realize that since the beginning there has been a core of exceptional people involved with this group. At the end of the day, it is the people who take very good organizations and make them great. From the people who conceived and built the FRP 9 years ago, working with CFS, MNR and Tembec - to the people directly involved today, there are several common characteristics worth mentioning. Four main qualities come to mind when I think of those involved with the FRP: commitment, enthusiasm, persistence, and accountability. These attributes are demonstrated on a daily basis in proactively seeking out worthy projects, building partnerships, getting the work done and then getting it into current policy and practice. I never hear anyone trying to assign blame. Everyone takes ownership of issues and there is personal accountability to develop solutions. These qualities are evident across the FRP. The Principle Investigators, key staff with MNR, CFS, Tembec and CIF/IFC, and the supporting cast at the CEC all contribute significantly to this success.

As stated before, there are simply too many people to name who exemplify these exceptional qualities. That said I would still like to mention a few key individuals who are true leaders, and who we can all use as role models: Al Stinson at the MNR has a passion and enthusiasm that is infectious and makes all those around believe anything is possible. John Pineau at CIF/IFC and Guy Smith at the CWFC also exemplify these same character traits, as does Sue Pickering, the FRP Program Manager. Thanks to all of you for your inspiration! All of our researchers and scientists with CFS and MNR also bring this same positive approach of “can do” to the FRP, as do our partners at many universities across the country. I apologize up front for not directly mentioning each one of the large number of individuals who could easily be named as leaders. I simply do not have enough room with this column to do so…

In closing, we all understand the economic woes of the forest sector. One of the key solutions to help us recover from this period is the people who exemplify these positive approaches to forest management and solving issues. We can all learn from the FRP, what is possible when a positive approach is taken.

Sincerely,

Alan Thorne,
General Manager

Return to top
 

What’s Been Happening?

FRP Work with LiDAR and Semi-automated Analysis Continues

 The Partnership’s efforts to utilize LiDAR and semi-automated inventory analysis techniques to derive enhanced inventories is continuing this year with a focus on the Romeo Malette Forest. In partnership with OMNR, CFS and the Canadian Wood Fibre Centre, the project has an ambitious schedule for the summer.

 The Advanced Forest Resource Inventory Technologies (AFRIT) project plans include:

LiDAR Data Collection

 

  • Delivery of a LiDAR inventory for BA (basal area), DBHq (diameter at breast height), GTV, GMV, Biomass & Ht for the entire ~650K ha RMF based on the old M7-VI LiDAR dataset.
  • Delivery of an imagery based individual tree crown (ITC) inventory for a small section of the RMF where recent ADS40 imagery was flown as part of this project.
  • Investigation of an ITC/LiDAR approach to determining FTG (free to grow) conditions in some regenerating forest areas

 

 To meet these goals, a field crew will be working in the Romeo Malette Forest (RMF) for the summer. This crew will be focused mainly on developing crown species signatures for the ITC analysis and installing some temporary validation plots within the RMF to compare against LiDAR estimates. The crew leader is Tony Iserhoff. We are hiring the crew assistant shortly. Tony will begin his work next week on the RMF.

Murray Woods is the MNR Southern Science and Information contact for this project, while Dave Etheridge of Northeast Science and Information is the local contact for the RMF component.

Return to top


Canadian Forest Management Database Kept Up to Date

The Canadian Forest Service has continued to work diligently on the Canadian Forest Management Database. Angela Belleau, a high school coop student from White Pines Collegiate and Vocational Schoool in Sault Ste. Marie, has done an excellent job adding a significant number of new records to the database. It now totals more than 14,000 records on literature directly pertinent to Canadian forest management. At least 4000 of these records relate directly to vegetation management.

In addition, the interface has now been modified to match the common look and feel of the federal government. A previous limitation on displaying records for searches that return over 1000 hits has also been eliminated. As such, the user is able to search broader topics and determine how many papers there are available, and then search more specifically with progressively refined queries.

"I think the database is quite comprehensive and up to date for literature pertaining to alternative methods of vegetation management, said Dr. Dean Thompson, Research Scientist with the Canadian Forest Service. "Searching is very easy and I encourage forest professionals and practitioners everywhere to go in and take a look. If there are any literature citations that should be there, please let us know and we will try to get those added as time allows."

The Canadian Forest Management Database is linked from both the FRP and CIF/IFC websites. Access to the database via the internet is free at http://www.glfc.forestry.ca/cfpm

Return to top


FRP Well-Represented at CWFC Forest Inventory Research Workshop

On June 3rd and 4th, 2009, the Canadian Wood Fibre Centre (CWFC) hosted a special national workshop at the FPInnovations complex in Pointe Claire, Quebec, focusing on forest inventory research. Nationally, there are six inventory-related research projects underway or being considered for CWFC funding, including the FRP’s various projects associated with its comprehensive AFRIT (Advanced Forest Resource Inventory Technology) project.  The intent of the workshop was to ensure that these efforts are strategically aligned and are relevant to the operational needs of inventory users in each province.  A key desired outcome of the meeting was the development of a cohesive national research program with regional delivery, involving FPInnovations, the Canadian Forest Service, academia, and provincial governments. Forest Inventory Workshop

“We were very pleased with the turn-out and the representation we managed to garner for the meeting,” said Dr. Doug Pitt, a research scientist with CWFC, and a member of the Canadian Institute of Forestry (CIF/IFC). “We invited lead participants and researchers working within CWFC-funded projects and forest inventory representatives from all provinces.  The collective knowledge, expertise, and participation at this meeting were critical to the formulation of a coordinated research approach. It was also determined that we are not overlapping or duplicating effort, but are actually already largely working in a complementary fashion.” Continued Dr. Pitt: “There also was a real willingness to share data and research results and to work together.”

As a result of the workshop, a research program document will be prepared for use by CWFC management to guide priority setting and budget allocation over the next two years, as well as establish strategic research directions related to forest inventory for the next five years. The realization that much new technology and know-how is well positioned and poised to be applied, particularly through work undertaken by the Forestry Research Partnership, was also evident. More work will be underway in the near future.

“There is tremendous opportunity to modernize and go high-tech with the derivation and production of forest inventory attributes, immediately,” said John Pineau, Executive Director of the CIF/IFC and a workshop co-facilitator working with the FRP’s Extension Team. “It is exciting to see the excellent research that is underway with LiDAR and digital multi-spectral imagery, and how it is working its way into everyday use. This research is relevant and timely and, as it is applied, will be a real advantage to optimizing the value chain, improving forest ecosystem management, and preparing us for the rapidly emerging biomass economy. Creating state of the art forest inventories is one of the best investments we can make across Canada.”

The mission of the Canadian Wood Fibre Centre is to create innovative knowledge that will allow our forest sector to expand economic benefits from Canadian wood fibre.  It is duly recognized that sound forest inventory is prerequisite to sustainably managing Canada’s forests in a manner that will convey a strong competitive advantage for our forest sector in the global marketplace.  As such, enhancing our inventory technology, tools and systems in a manner that enables the spatial identification and forecasting of value has become a priority research focus for the CWFC. Recently, the CWFC formulated a vision for forest inventory research: 

High accuracy inventory systems that spatially quantify forest structure and related attributes to enable product segregation and resource value maximization. 

The coordinated research focus and effort stemming from this workshop will be directed at delivering this vision.

Return to top 


FRP Catalogue – Updated and On-line

The FRP Extension Team is working to ensure that the FRP Catalogue (also known as our library) containing our many products (annual reports, annual plans, presentations, budgets, yearly status reports, project descriptions, strategic plans, e-newsletters, tech notes, tree tips, software downloads, etc.) is up to date and available on-line for all partners to access. Previously, a significant portion of this documentation was either on CD or in hardcopy. In the interest of being completely transparent and open to all of our partners and affiliates, all FRP products and documents will be made available and easy to access.

The FRP library can be accessed at: http://www.forestresearch.ca/projectcatalogue/catalogue.html

If you notice any FRP document or product missing, please inform Matt Meade at: mmeade@cif-ifc.org

Return to top


Workshop Features Best Management Practices in Prevention of Logging Damage

On April 4th, 2009, Steve Hunter of South Nation River Conservation made a presentation on best management practices for logging operations during a workshop entitled: Forest Cover – Everyone Benefits. The workshop was held in Alfred, Ontario and boasted  55 participants, plus organizers and presenters. Steve’s presentation featured material provided by Al Corlett and the FRP project focusing on logging damage. Click here to view a PDF of Steve’s presentation.

Return to top


Red Oak Tour

The Algonquin Section recently hosted the Red Oak Tour located in Phelps Township on May 15th, 2009, inviting local researchers to discuss the study’s current status and findings. Red Oak trees have a significant ecological importance to the area and continual effort is being made to further understand ways to promote its natural regeneration. The tour consisted of exploring various Nipissing University research sites, operationally treated areas and Ontario Ministry of Natural Resources Southern Science and Information Section research sites. The Nipissing University Research site tour, provided by Peter Nosko and his research students, exhibited the role of major abiotic and biotic factors that limit Red Oak regeneration. Andree Morneault from OMNR presented the Red Oak Silviculture studies, which looked at the effects of different operational techniques such as prescribed burning and other intensive forest management practices on Red Oak regeneration.  

Group at the Red Oaks Tour Phelps Township, May 15th, 2009

Return to top


FRP Helping to “Protect What Sustains Us”

In May, the FRP’s Forestry Extension Manager, Matt Meade, participated in the Ontario Biodiversity Science Forum Workshop held at the University of Toronto’s Faculty Club. The workshop provided an opportunity for the wider community to give honest feedback in analyzing and achieving the goals set out by Ontario’s Biodiversity Strategy; and review the white papers written by the Science Forum members. “The workshop was a fun and interesting way to engage the broader biodiversity community,” said Matt. “The workshop will go a long way in directing and evaluating this important work, ultimately improving the protection and recovery of our biodiversity,” added Matt.

Several key findings have already come out of the workshop, based on the feedback from participants. For instance, attendees strongly believe that systematic benchmarks, indicators, and monitoring protocols for measuring and reporting on biodiversity are fundamental to the success of Ontario’s Biodiversity Strategy. Furthermore, the Strategy should be revised so that it directly informs policy decisions with targets and clear guidelines for transparent reporting of progress. For a complete listing of these and the other key findings or to learn more about the Ontario Biodiversity Science Forum, including upcoming events, please visit their website at: http://www.obsf.ca/.

Return to top


Working Knowledge

The Forestry Research Partnership (FRP) hosted their first brief Core Team meeting of the year, to an eager crowd in Chapleau, Ont. this month. Held at the Royal Canadian Legion, the purpose of this meeting was to facilitate direct communication, transfer and application of FRP project results to local planning team representatives {i.e. Tembec, Ontario Ministry of Natural Resources (OMNR) and, members of the local First Nation}, all with a stake in forest management planning and operational implementation. The first half of the meeting showcased several researchers and scientists from the Northeast Science & Information (NESI) section of the OMNR, as well as a senior resource analyst from Spatial Planning Systems. The group of presenters shared their expertise and knowledge on a number of FRP projects, including; Advanced Forest Resource Inventory Technologies (AFRIT), Marten Den Sites, Patchworks and Cedar Management. Presentations were well received and invariably active discussion followed.

Unique to this event, at the request of organizers and community members, this Core Team meeting spilled over into Chapleau’s Local Citizen Committee meeting. This, the second half of the Core Team meeting, heard Dean Thompson’s (research scientist with the Canadian Forest Service) presentation on Aerial Herbicide Applications.

Core Team Meeting

Given the success and importance of this Core Team meeting, plans are already under way with Nipissing FMI for a second meeting to be held in Nipissing, towards the middle-end of August. This tentative meeting will focus on the Great Lakes St. Lawrence forest, topics and discussions will examine the different geography, ecological conditions and forest management practices, found in this region.

Return to top


Wow Factor – OCE Discovery 09

The Forestry Research Partnership (FRP), in collaboration with the Canadian Institute of Forestry (CIF), were among the exhibitors at this years Ontario Centres of Excellence (OCE) Discovery 09 conference. This, the premier innovation and commercialization event, provided Sue Pickering (FRP) and Matt Meade (CIF/FRP) with the opportunity to showcase some of the research the FRP has been involved with as a result of OCE financial support. The pair answered questions and provided informational materials on the FRP and its activities from their exhibitor’s booth, which showcased several research projects currently being supported by the FRP.

markSue and Matt were also actively engaged in the numerous workshops, panel discussions, presentation and networking opportunities the conference offered. These activities ensured plenty of time to share ideas and learn from some of the best and brightest minds within academia, government and industry. Humorously dubbed “a science fair for adults,” both agreed that that the highlight from the two day event had to be the numerous demonstrations featuring the latest and greatest technological toys, like the remote controlled flying helicopter video camera. For more information please visit their website at: http://www.ocediscovery.com/.

 

 

Return to top



The Gurd Research and Tree Improvement Area

Friday June 19th, Al Stinson(FRP/MNR), Sue Pickering (FRP) and Mathieu Belanger (FRP) ventured to Trout Creek to visit the Gurd Tree Improvement Area. An isolated site just outside of Trout Creek, the Gurd Research Area is home to many different species of trees, foliage and scientific research projects. During the visit, the threesome was solely focused on the white pine or the Pinus Strobus L. The white pines planted at the Gurd Research Area differ from pine found in natural settings. These pines are in fact clones of “plus” trees that were found in the wild. Plus trees are trees that have grown naturally without any outside interference, and are of great size, health and unparalleled fiber quality. Branches are removed from the parent trees and are then cloned by graphting them on to root stock. These clones, or more specifically first generation pine, were the threesome’s focus for the day as they pruned and thinned the white pine that required attention. Furthermore, they were determined to save the trees from the dreaded white pine weevil, a native insect pest of spruce and pine. According to Natural Resources Canada, the white pine weevil “…is the most serious and economically important native insect pest of spruce and pine regeneration in Canada.” In addition to the white pine weevil, the group from the FRP kept their eyes peeled for any signs and symptoms of white pine blister rust, an invasive fungus that ultimately kills the species. With their insect repellent, clippers and the “the grim reapers scythe” the group from the FRP correctively pruned the pine, and at the end of the day, were able to say they saved several lives (trees of course). However it is to be noted that there was very little evidence of the pesky white pine weevil, although corrective pruning was still needed to encourage maximal growth. The work completed during excursion at the Gurd Research Area can be described as “influential natural selection”, the group simply helped mother nature in her duties of generating a quality and quantity of white pine to be rivaled by no other. More corrective pruning and removal of white pine weevil and blister rust will be underway in the near future. If you plan on going and helping out at the Gurd Research Area, make sure to stay hydrated, be properly dressed and for your own comfort do not forget your insect repellent!

Return to top



Upcoming Events

FRP to be featured in CIF-IFC E-lecture Series

The Partnership is currently planning two electronic lecture series with the CIF-IFC, one on Ontario-based projects scheduled to begin for September to October this year, and a special concurrent series in French and English running from March to December featuring Univerversity Quebec Abitibi-Temiscaming based science and research projects. While the Ontario-based e-lecture has been secured, the other e-lecture remains in the planning stages. These e-lectures will reach many hundreds of forest professionals and practitioners across Ontario and Quebec.

For detail information on the upcoming Ontario-based Electronic Lecture click here

Click here for more details about FRP-themed E-lectures.

 

Return to top


 

Points of Interest

Tree Tips

Sowing Red Oak Acorns
Red Oak Research and Demonstration Area in Phelps Township
Project No. 120-801tree tips

 

 

 

 

 

The Aim

Red oak is an important species of the Great Lakes-St. Lawrence forest in Ontario and has been a dominant component of hardwood and oak-pine-mixed hardwood forests of North America for several thousand years (Lorimer 1993). However, fire suppression and a growing interest in forest conservation in the 1930’s reduced the frequency of  disturbances that promoted red oak regeneration (Guyette and Dey 1995), resulting in the successional replacement of oak by shade tolerant species such as sugar maple, beech and ironwood (Parker 2000). The widespread use of single tree selection to manage hardwood dominated stands up to the 1980’s has contributed to the dominance of shade tolerant species in the regeneration layer. Since the mid-1980’s, alternatives to single tree selection, such as shelterwood harvesting and group selection have been used to create conditions that are favourable for oak regeneration (Sander 1979, Hannah 1987), but success has been variable and inconsistent.

In July of 2004, a large stand of red oak (Quercus rubra) was harvested in Phelps Township, North Bay District, Ontario, using the uniform shelterwood system. The proximity of this stand to North Bay provided a unique opportunity to study and demonstrate the methods and costs associated with managing red oak, including the use of acorn sowing as a method of red oak regeneration. Click Here for the full report. (Click Here for planting and tending red oak pdf.)

Return to top


The Buzz on Campus

Nip U

 ALLOMETRIC MODEL PARAMETERS FOR PREDICTING CANADA YEW (TAXUS CANADENSIS) BIOMASS FROM COVER-BASED INVENTORY DATA

Thomas Quint – BSc (Geography) Candidate

Allometric model parameters for predicting Canada Yew (Taxus canadensis) biomass from cover-based inventory data

Taxanes extracted from various species of the Yew family (Taxaceae) provide the raw materials for production of a chemotherapeutic agent that can be used to treat a range of cancer types. The current demand for these taxanes is high, and Canada Yew (Taxus canadensis) an evergreen shrub native to Great Lakes – St. Lawrence and Boreal forest regions of Ontario, has shown promise as significant source of taxanes. However, a major barrier to sustainable management of wild Canada Yew resources is the lack of adequate inventories. Inventories of understorey species are generally based on models that predict percent cover values at the polygon level based on landscape-level environmental data. Cover-based models offer the advantage of efficient field data collection, but lack critical information on standing crop and allocation of biomass to needles, stems and arils. As a first step towards developing the quantitative tools necessary to construct an inventory of Canada Yew in Ontario, there is a need for models that would predict standing crop from a cover-based inventory. Continue…   

Scott Perry

Scott Perry - HBA (Biology) Candidate

The effect of species composition and diversity on the productivity and ecological stability of boreal forest stands during drought conditions

The diversity-stability hypothesis suggests that a larger number of species in a community begets greater stability in ecosystem functions (e.g. productivity) during periods of changing environmental conditions. This hypothesis has been studied in many different ecosystems with variable results, and relatively few of these studies have focused on forest ecosystems. The purpose of this study is to determine if species richness and composition of tree species within boreal forest communities affects productivity, resistance and resilience in response to major perturbances such as drought. Continue…


Paul Courville

Paul Courville - HBA Candidate

Investigating the application of ground-based LiDAR data to refine biomass and product recovery models for boreal forest trees
New remote sensing technologies such as LiDAR (Light Detection and Ranging) have been recently applied to the development of enhanced forest resource inventories.  Airborne LiDAR (AL) data have demonstrated the capacity to provide accurate estimates of stand metrics, such as height and basal area, which are suitable for traditional forest resource inventories. Terrestrial or ground-based LiDAR (GL) systems are able to measure attributes at the individual tree level such as stem taper and leaf area index, which could aid in more accurate estimates of biomass resources required for the development of new bioproducts inventories. In this study, GL will be used to determine traditional (e.g. DBH, stem height) and new (e.g. branch angle, tree crown length, shape, volume), and use these to derive estimates of total biomass, and component (e.g. mainstem, branches, foliage) for individual trees in stands that represent different levels of site occupancy (e.g. stem density). The stands will be located in the Romeo Malette Forest, west of Timmins, Ontario. Continue… 



The Buzz on Campus Continued

trent home

Rhiannon Leshyk

Rhiannon Leshyk - Msc Candidate

Do Forestry Practices Create a Stressful Environment for Breeding Birds?

Rhiannon's research surrounds the effects of group-selection harvesting on Ovenbirds (Seiurus aurocapilla). Ovenbirds are small interior woodland migrant songbirds. They winter in Central America and migrate to northern and northeastern North America to breed during the summer months. When breeding, Ovenbirds prefer to choose sites in large tracts of interior forest with dense canopy. This characteristic makes them an excellent study species when evaluating the effects of disturbance to the forest interior. Continue…


Karla Falk

Karla Falk - MSc Candidate

Spatial Patterns of Avian Nest-site Selection, Predation & Parasitism in Managed Hardwood Forests of Ontario 

Vegetation structure is considered a key factor influencing where forest birds place their nests and the probability that their nest will be lost to predators and/or parasitized by Brown-headed Cowbirds.  Previous research has focused on identifying habitat attributes that influence nest-site selection and nesting success, by comparing nest sites to random available sites or successful nest sites to unsuccessful nest sites, but results have been highly variable, making broad generalizations elusive. An alternative way to elucidate the relationship between nest-site selection, nesting success and vegetation may be to consider patterns in a spatially-explicit way. In other-words, to consider nest-placement and predation and parasitism events with respect to their spatial location in a forest.  It may be that nests are clustered in certain areas of a forest stand that can be characterized by specific vegetation features.  Similarly, there may be areas of the forest where fewer nests are lost to predators and/or parasitized, and this may be linked to the vegetation in that area. The objective of my study is to use spatial pattern to understand the fine-scale variation in nest-site selection, nest predation and parasitism within habitats.  Using this approach, I will build on past studies to more effectively identify habitat features useful to forest managers (e.g., basal area, canopy closure), which promote songbird reproductive success in managed landscapes. Continue…


Sonya Richmond

Sonya Richmond - PhD Candidate

Survival & Habitat Use by Adult & Fledgling Rose-Breasted Grosbeaks in a Forested Landscape Harvested by Single-Tree Selection

The main goal of this project is to study the long-term effects of single-tree selection on forest structure and composition and to determine whether alterations in forest characteristics following harvesting correspond to changes in the ecology of Rose-breasted Grosbeaks. As part of this study detailed territory maps are being drawn to determine the density and pairing success of male Rose-breasted Grosbeaks in each study site, nests are being monitored throughout the breeding season to allow estimates of nest success, hour long nest watches are being undertaken to determine how frequently adults feed their nestlings, and fledglings are being fitted with radio-transmitters and colour bands to allow me to describe their survival rates and movement patterns during the post-fledging period.  Vegetation surveys are also being conducted at nest sites, fledgling locations, and at paired random locations within each study site to allow comparison of forest structure and composition between age-classes and between random locations and those used by Rose-breasted Grosbeaks. Continue…


Doug C. Tozer

Doug C. Tozer - PhD Candidate

Selection Logging & Habitat Quality for Breeding Yellow-Bellied Sapsuckers in Tolerant Hardwood Forests

The Yellow-bellied Sapsucker is a common, migratory woodpecker that breeds in tolerant hardwood forests, yet it has received surprisingly little attention from researchers. It depends on snags, declining trees, and large mature trees for nest sites, construction of sap wells, and bark-surface arthropods for provisioning nestlings. Sap wells are small holes bored into the outer living tissues of trees, through which sugary sap is extracted. This sapsucker may be vulnerable to selection logging, given that mature and declining trees are targeted for harvest, and snags are lowered to the ground for worker safety. Several animals that use cavities for shelter or drink sap from sap wells benefit greatly from its activities. Continue…



Link to the University of Waterloo home page

Ryan Sim

Ryan Sim and Daniel Dong - M.E.S. and PhD Candidates

Forest Resource Inventory Management and Analysis System – GIS Data Model and User Tools

Forests currently cover more than 30% of the world’s land area and over 60% of Canada’s land area. Recent studies have indicated that traditional methods of forestry monitoring and management are plagued by numerous shortcomings, including difficulties in data renewal, lack of spatial information and expensive manual work. The impact of forestry mismanagement has led to an increase in unfavorable natural disturbances including: flooding, avalanches, landsides and threats to the natural regeneration processes of forest stocks. Recent studies have suggested that the application of Geographic Information Systems (GIS) can be useful as a viable and cost effective technology to increase the efficiency and effectiveness of managing forest resources within both private and public sectors.  A review of existing forestry data models is utilized to establish the requirements for updating obsolete datasets for compatibility with new GIS geodatabases. Next, a new data model is developed for use with a proposed GIS based Forest Information Management Systems (FIMS). Relative performance between the two data models is measured to analyze both the efficiency and interoperability capabilities of each model. Continue…

Return to top



What do you think of our electronic newsletter?

Please take a few minutes to give us some feedback by sending an email to forest@canadianecology.ca

Please feel free to forward this to any of your colleagues!If you would like to subscribe or unsubscribe to this newsletter please send an email to forest@canadianecology.ca

To view our privacy policy please see our website at www.forestresearch.ca and click on "Privacy Policy" at the top of the page.

Return to top


Message du directeur

Message du gérant général

Tout comme pour les années précédentes, la 9e année du Partenariat pour la recherche forestière (PRF) vient de souligner une autre année ponctuée de succès. Au cours des messages précédents, nous avons souligné comment nous mesurons le succès et la valeur de l’argent. Nous évaluons tous les aspects, à partir des coûts raisonnables d’administration, l’effet de levier du financement, l’achèvement des projets à temps, selon le budget et l’étendue ainsi que la mise en pratique de la science émergente sont les mesures fondamentales du succès de toute organisation de recherche. Le PRF continue d’exceller dans tous ces domaines. Dans le présent bulletin de nouvelles, je tiens à souligner la raison fondamentale de notre succès continuel – l’engagement des gens.Al Thorne

 

Depuis les quelques années que je fais partie du PRF, je me suis vite rendu compte que depuis le tout début, il englobe un ensemble de personnes exceptionnelles qui sont impliquées avec ce groupe. En fin de compte, ce sont des personnes qui prennent de très bonnes organisations et qui les transforment en excellentes organisations. En regard des personnes qui ont conçu et bâti le PRF il y a neuf ans, en travaillant avec le SCF, RNCan et Tembec – et les personnes impliquées directement aujourd’hui, il est important de souligner plusieurs caractéristiques communes. Quatre qualités principales me viennent à l’idée lorsque je pense aux personnes qui collaborent au PRF : l’engagement, l’enthousiasme, la persévérance et l’imputabilité. Ces qualités sont manifestées sur une base quotidienne par la recherche proactive de projets valables, par l’établissement de partenariats, par le souci de s’assurer que le travail est fait et par la transformation de ce travail en politique et pratique actuelle. Je n’ai jamais entendu personne tenter de blâmer une autre personne. Tout un chacun prend en charge les problèmes et assume une responsabilité individuelle dans le but de trouver des solutions. Ces qualités sont évidentes à travers le PRF. Les principaux enquêteurs, le personnel clé de RNCan, du SCF, de Tembec et de l’IFC-CIF, ainsi que l’équipe de soutien du CÉC ont tous un apport considérable pour assurer ce succès.

Comme je l’ai mentionné précédemment, il y a tout simplement trop de gens à nommer qui personnifient ces qualités exceptionnelles. Cela dit, j’aimerais quand même mentionner certaines personnes clés qui sont de vrais chefs de file et que nous pouvons tous utiliser comme modèles de rôle : Al Stinson de RNCan qui a une passion et un enthousiasme contagieux et qui fait penser à tout le monde autour que rien n’est impossible. John Pineau de l’IFC-CIF et Guy Smith du CCFB exemplifient aussi ces mêmes traits de caractère, tout comme Sue Pickering, gestionnaire de programme du PRF. Merci à tous pour votre inspiration! Tous nos chercheurs et scientifiques du SCF et de RNCan apportent aussi cette même attitude positive caractérisée par le slogan « tout est possible », de même que nos partenaires à plusieurs universités à travers le pays. Je m’excuse de ne pas mentionner directement le nom de chaque personne de la grande équipe qui pourrait facilement être citée comme chef de file. Je n’ai tout simplement pas assez de place dans mon article pour le faire…

En terminant, nous comprenons tous les malheurs économiques du secteur forestier. Une des solutions clés pour nous aider à nous remettre de cette période réside sur les gens qui exemplifient ces approches positives face à la gestion forestière et qui règlent les problèmes. Nous pouvons tous apprendre du PRF, ce qui est possible lorsqu’une approche positive est adoptée.

Sincèrement,

Alan Thorne,
Gérant général

Haut de la page





Les dernières nouvelles...

Le PRF travaille avec LiDAR et l’analyse semi-automatisée se poursuit

 Les efforts du Partenariat d’utiliser LiDAR et les techniques d’analyse d’inventaire semi-automatisées pour produire des inventaires améliorés se poursuivent cette année et l’accent est placé sur la forêt Romeo Malette (FRM). En partenariat avec le ministère des richesses naturelles de l’Ontario, le SCF et le Centre canadien sur la fibre de bois, le projet s’est fixé un calendrier ambitieux pour l’été.

Le projet  « Technologies avancées de l’inventaire sur les ressources forestières » (TAIRF) comprend :

  • La mise sur pied de l’inventaire LiDAR pour la surface terrière (ST), le diamètre à hauteur d’homme (DHH), le GTV, le GMV, la biomasse et le Ht pour la FRM entière ~650 000 ha basé sur l’ancien ensemble de données M7-VI LiDAR.
  • La mise sur pied de l’inventaire de la cime individuelle des arbres (CIA) par imagerie pour une petite section de la FRM où une imagerie ADS40 récente LiDAR Data Collectiona été recensée comme partie intégrante de ce projet.
  • Une étude sur une approche CIA/LiDAR pour déterminer les conditions de croissance libre (CL) dans certaines zones des forêts en régénération.

 

Pour atteindre ces buts, une équipe travaillera sur le terrain dans la forêt Romeo Malette (FRM) pendant l’été. Cette équipe se concentrera surtout à développer des empreintes d’espèces pour l’analyse CIA et à installer des plans parcellaires temporaires de validation à l’intérieur de la FRM afin de les comparer aux estimations du LiDAR. Le chef de l’équipe est Tony Iserhoff. Nous embaucherons l’adjoint de l’équipe sous peu. Tony commencera son travail sur la FRM la semaine prochaine.

Murray Woods est le contact des sciences et de l’information du sud de Ressources naturelles Canada pour ce projet, tandis que Dave Etheridge est le contact local des sciences et de l’information du Nord-Est pour la composante du PRF.

Haut de la page


On garde la base de données de gestion de forêt canadienne à jour

Le Service canadien des forêts a continué à travailler avec diligence sur la base de données de gestion de forêt canadienne. Angela Belleau, une étudiante du programme coopératif secondaire de la White Pines Collegiate and Vocational School à Sault Ste. Marie, a fait un excellent travail en ajoutant un nombre important de nouveaux dossiers dans la base de données. Cette dernière contient maintenant plus de 14 000 dossiers de documentation directement pertinents pour la gestion forestière. Au moins 4 000 de ces dossiers sont directement liés à la gestion de la végétation.

De plus, l’interface a maintenant été modifiée de façon à correspondre à la normalisation des sites Internet du gouvernement fédéral. Une limite précédente sur l’affichage des dossiers pour les recherches qui produisent plus de 1 000 appels de fichiers a aussi été éliminée. À ce titre, l’utilisateur est en mesure de faire des recherches sur des sujets plus larges et de déterminer le nombre de documents qui sont disponibles en plus de pouvoir faire ensuite des recherches plus précises en utilisant des demandes plus raffinées.

« Je pense que la base de données est assez détaillée et à jour pour la documentation ayant trait à des méthodes de gestion de la végétation de remplacement », explique monsieur Dean Thompson, Ph. D., scientifique de la recherche au Service canadien des forêts. « Les recherches sont très faciles et j’encourage les professionnels et praticiens de la foresterie de partout à aller consulter cette base de données. Si vous pensez que des documents devraient être ajoutés, veuillez nous en informer et nous essaierons d’ajouter ces informations selon la  disponibilité de temps ».

La base de données de gestion de forêt canadienne est présentée comme lien sur les sites Web du PRF et de l’IFC-CIF. L’accès par Internet à la base de données est gratuit à l’adresse suivante http://www.glfc.forestry.ca/cfpm

Haut de la page


Le PRF est bien représenté à l’Atelier de recherche sur l’inventaire forestier du CCFB

Les 3 et 4 juin 2009, le Centre canadien sur la fibre de bois a organisé un atelier national spécial au complexe FPInnovations à Pointe-Claire, Québec, axé sur la recherche relative à l’inventaire forestier. À l’échelle nationale, il y a six projets de recherche liés à l’inventaire en cours ou en évaluation pour obtenir un financement du CCFB, y compris les différents projets du PRF liés à son projet exhaustif  « Technologies avancées de l’inventaire sur les ressources forestières » (TAIRF). Le but de l’atelier était d’assurer que ces efforts seront stratégiquement alignés et qu’ils seront pertinents en regard des besoins opérationnels des utilisateurs de l’inventaire dans chaque province. Un résultat clé attendu de la réunion était l’élaboration d’un programme de recherche national cohésif par rapport à la prestation régionale, auquel participent FPInnovations, le Service canadien des forêts, le monde universitaire et les gouvernements provinciaux.

Forest Inventory Workshop

« Nous étions très heureux du nombre de participants et de la représentation que nous avons réussi à obtenir pour la rencontre » dit monsieur Doug Pitt, Ph. D., un scientifique de recherche au sein du CCFB et membre de l’Institut forestier du Canada (IFC-CIF).     « Nous avons invité des participants et chercheurs de pointe qui travaillent sur les projets financés par le CCFB et des représentants de l’inventaire forestier de toutes les provinces. Les connaissances, l’expertise et la participation collectives à cette réunion étaient cruciales pour la formulation d’une approche de recherche coordonnée. Nous avons aussi déterminé que nous ne reproduisons pas nos efforts et qu’ils ne se chevauchent pas non plus, mais que nous travaillons en réalité, déjà largement de façon complémentaire ». Monsieur Pitt poursuit ensuite en disant : « Il y avait aussi une vraie volonté de partager les données et les résultats des recherches et de travailler ensemble. »

Ainsi, grâce à l’atelier, un document pour le programme de recherche sera préparé et utilisé par la gestion du CCFB pour guider l’établissement des priorités et les affectations budgétaires au cours des deux prochaines années ainsi que pour établir des orientations stratégiques pour la recherche, liées à l’inventaire forestier, pour les cinq années à venir. Le fait de noter que plusieurs nouvelles technologies et connaissances sont bien en place et prêtes à être appliquées, surtout par le travail entrepris par le Partenariat de recherche forestier était aussi évident. Des travaux supplémentaires seront entrepris dans un avenir rapproché.

« Nous avons la chance unique de moderniser et de tirer profit de la haute technologie pour la dérivation et la production des caractéristiques de l’inventaire forestier immédiatement » a expliqué John Pineau, directeur exécutif de l’IFC-CIF et cofacilitateur de l’atelier qui travaille avec l’équipe de développement du PRF. « C’est excitant de constater l’excellente recherche qui est en cours avec LiDAR et l’imagerie multispectrale et la façon dont elle fait de plus en plus son apparition dans le quotidien. Cette recherche est pertinente et opportune et, comme elle est appliquée, elle constituera un avantage réel pour optimiser la chaîne de valeurs, améliorer la gestion de l’écosystème forestier et nous préparer pour l’économie de la biomasse qui émerge rapidement. La création d’inventaires forestiers à la fine pointe est l’un des meilleurs investissements que nous pouvons faire à travers le Canada. »

La mission du Centre canadien sur la fibre du bois est de créer des connaissances novatrices qui permettront à notre secteur forestier d’étendre les avantages économiques liés à la fibre du bois au Canada. Il est dûment reconnu qu’un inventaire forestier rigoureux est un préalable à la gestion durable des forêts du Canada d’une façon qui entraînera un fort avantage concurrentiel à notre secteur forestier dans le marché mondial. À ce titre, l’amélioration de nos technologies, outils et systèmes d’inventaire de façon à permettre l’identification spatiale et la prévision de la valeur est maintenant la concentration prioritaire de recherche pour le CCFB. Récemment, le CCFB a formulé une vision pour la recherche sur l’inventaire forestier :  

Systèmes d’inventaire de grande exactitude qui quantifient spatialement la structure forestière et les caractéristiques connexes pour permettre la ségrégation des produits et la maximisation de la valeur des ressources. 

L’accent et l’effort coordonnés de la recherche découlant de cet atelier seront dirigés en vue d’atteindre cette vision.

Haut de la page


Mise à jour du catalogue du PRF – il est accessible en ligne

L’équipe de développement du PRF travaille en vue d’assurer que le catalogue du PRF (aussi connu sous le nom de « notre bibliothèque ») contenant nos nombreux produits (rapports annuels, plans annuels, présentations, budgets, rapports annuels de progrès, descriptions des projets, plans stratégiques, cyberbulletins, notes techniques, conseils sur sur les arbres, téléchargements de logiciels, etc.) est à jour et à la disposition de tous les partenaires en ligne. Auparavant, une importante partie de ces documents était soit sur cédérom, ou en copie papier. Dans le but d’être entièrement transparents et ouverts envers tous nos partenaires et affiliés, tous les produits et documents du PRF seront disponibles et faciles à consulter. 

Il est possible d’accéder à la bibliothèque du PRF à : http://www.forestresearch.ca/projectcatalogue/catalogue.html

Si vous notez des documents ou produits manquants du PRF, nous vous prions d’en informer Matt Meade à : mmeade@cif-ifc.org

Haut de la page


L’atelier présente les pratiques exemplaires de gestion pour la prévention du dommage causé par l’exploitation forestière

Le 4 avril 2009, Steve Hunter de South Nation River Conservation a fait une présentation sur les pratiques exemplaires de gestion pour l’exploitation forestière au cours d’un atelier intitulé : Forest Cover – Everyone Benefits (la couverture forestière – tout le monde y gagne). L’atelier a eu lieu à Alfred, Ontario et a attiré 55 participants, en plus des organisateurs et des conférenciers. La présentation de Steve a mis en évidence du matériel fourni par Al Corlett et le projet du PRF se concentrant sur les dommages liés à l’exploitation forestière. Cliquez ici pour voir la présentation de Steve en version pdf

Haut de la page


Tournée du chêne rouge

La section Algonquin a récemment organisé la Tournée du chêne rouge située dans le canton de Phelps le 15 mai 2009, invitant les chercheurs locaux à discuter de l’état d’avancement et des constatations actuelles de l’étude. Les chênes rouges ont une importance écologique considérable pour la région et on poursuit des efforts continuels pour mieux comprendre les façons de promouvoir leur régénération naturelle. La tournée a permis d’explorer les différents lieux de recherche de l’Université de Nipissing, les aires opérationnellement traitées et les sites de recherche de la section Sud de la science et de l’information du ministère des Richesses naturelles de l’Ontario. La tournée du site de recherche de l’Université de Nipissing, présentée par Peter Nosko et ses étudiants en recherche, a démontré les facteurs abiotiques et biotiques importants qui limitent la régénération du chêne rouge. Andree Morneault du MRNO a présenté les études sur la sylviculture du chêne rouge, qui se sont penchées sur les effets des différentes techniques opérationnelles comme le brûlage prévu des arbres et autres pratiques de gestion forestière intensives pour la régénération du chêne rouge. 

Group at the Red Oaks Tour Phelps Township, May 15th, 2009

Haut de la page


Le PRF aide à « protéger ce qui assure notre subsistance » 

En mai, le gestionnaire de l’extension de la foresterie du PRF, Matt Meade, a participé à l’Atelier Ontario Biodiversity Science Forum qui a eu lieu au Club de la faculté de l’Université de Toronto. L’atelier a permis à la communauté plus large de fournir une rétroaction honnête pour analyser et atteindre les buts établis dans le cadre de la Stratégie de l’Ontario sur la biodiversité; et d’étudier des livres blancs rédigés par les membres du forum scientifique. « L’atelier était plaisant et s’est avéré une méthode intéressante pour engager la communauté plus large de la biodiversité. » a expliqué Matt. « L’atelier sera très utile pour diriger et évaluer ce travail important, et en fin de compte améliorer la protection et le rétablissement de notre biodiversité, » a-t-il ajouté.

Plusieurs constatations clés sont déjà ressorties de l’atelier, fondées sur la rétroaction des participants. Ainsi, les participants croient fermement que les points de repère, indicateurs et protocoles de surveillance systématiques pour mesurer la biodiversité et produire des rapports sur cette dernière sont fondamentaux pour le succès de la Stratégie de l’Ontario sur la biodiversité. En outre, la Stratégie devrait être révisée afin d’informer directement les décisions stratégiques contenant des cibles et des directives claires pour assurer les rapports transparents sur les progrès. Pour une liste complète de ces renseignements et les autres constatations clés ou encore pour en savoir davantage sur le Forum scientifique de l’Ontario sur la biodiversité, y compris les événements à venir, veuillez visiter leur site Web à : http://www.obsf.ca/.

Haut de la page


Connaissance pratique

Ce mois-ci, le Partenariat pour la recherche financière (PRF) a accueilli la première réunion de l’année de son équipe de base, à laquelle participait une foule enthousiaste à Chapleau, Ontario. Ayant lieu à la Légion canadienne de Chapleau, le but de cette réunion était de faciliter la communication directe, le transfert et l’application des résultats des projets du PRF aux représentants de l’équipe de planification locale (c’est-à-dire Tembec, ministère des Richesses naturelles de l’Ontario (MRNO) et les membres de la Première nation locale), qui sont tous intéressés à la planification de la gestion forestière et à la mise en oeuvre opérationnelle. La première moitié de la rencontre a mis en vedette plusieurs chercheurs et scientifiques de la section des sciences et de l’information du nord-est (SINE) du MRNO, ainsi qu’un analyste principal des ressources des Systèmes de planification spatiale. Le groupe de conférenciers a partagé son expertise et ses connaissances sur un certain nombre de projets du PRF, y compris le projet « Technologies avancées de l’inventaire sur les ressources forestières », les sites Marten Den, Patchworks et Cedar Management. Les présentations ont été bien accueillies et une discussion très active a suivi.

Élément unique à cet événement, à la demande des organisations et des membres de la collectivité, l’équipe de base a connu un effet d’entraînement en débordant à la réunion du comité des citoyens locaux de Chapleau. Donc, la deuxième partie de la réunion de l’équipe de base a permis d’écouter la présentation de Dean Thompson (scientifique de recherche au sein du Service canadien des forêts) sur les applications aériennes d’herbicide.

Grâce au succès et à l’importance de cette réunion de l’équipe de base, les plans sont déjà en cours avec l’IGF de Nipissing en vue d’une deuxième réunion qui aura lieu à Nipissing, entre le milieu et la fin du mois d’août. Cette réunion organisée provisoirement se concentrera sur la forêt des Grands Lacs du Saint-Laurent : les sujets et les discussions porteront sur la géographique différente, les conditions écologiques et les pratiques de gestion forestière de cette région.

Core Team Meeting

Haut de la page


Facteur Wow – Découverte 2009 des CEO

Le Partenariat pour la recherche forestière (PRF), en collaboration avec l’Institut forestier du Canada (IFC), faisaient partie des exposants de la conférence Découverte 2009 des Centres d’excellence de l’Ontario (CEO). Ceci, le premier événement d’innovation et de commercialisation, a permis à Sue Pickering (PRF) et à Matt Meade (IFC/PRF) de faire connaître certaines recherches auxquelles le PRF a participé à l’aide d’un soutien financier des CEO. À partir de son kiosque d’exposition, l’équipe a répondu à des questions et a fourni du matériel d’information sur le PRF et ses activités et a présenté plusieurs projets de recherche appuyés à l’heure actuelle par le PRF.mark

Sue et Matt ont aussi participé activement aux nombreux ateliers, discussions de groupes d’experts, présentations et possibilités de réseautage fournis par la conférence. Ces activités ont fourni amplement de temps pour partager des idées avec les représentants les meilleurs et les plus intelligents du monde universitaire, du gouvernement et de l’industrie. En surnommant avec humour l’activité d’« exposition scientifique pour adultes », les deux participants ont convenu que le point saillant de l’événement de deux jours avait été les nombreuses démonstrations présentant les derniers et meilleurs jouets technologiques, comme la caméra vidéo de l’hélicoptère en vol par télédétection. Pour de plus amples informations, veuillez visiter leur site Web à : http://www.ocediscovery.com/.

Haut de la page


La région de recherche et d’amélioration des arbres Gurd

Le vendredi 19 juin, Al Stinson (PRF/RNCan), Sue Pickering (PRF) et Mathieu Belanger (PRF) se sont aventurés à Trout Creek pour visiter l’aire d’amélioration des arbres Gurd. Site isolé juste à l’extérieur de Trout Creek, l’aire de recherche Gurd est l’habitat de nombreuses espèces différentes d’arbres, de feuillage et de projets de recherche scientifique. Au cours de la visite, le trio s’est concentré seulement sur le pin blanc ou le Pinus Strobus L. Les pins blancs plantés dans la région de recherche Gurd diffèrent des pins qui se retrouvent dans des décors naturels. En fait, ces pins sont des clones des arbres « plus » qui ont été trouvés dans la nature. Les arbres plus sont des arbres qui ont poussé naturellement sans interférence de l’extérieur et qui sont de grande dimension, en excellente santé et dont la qualité de la fibre est sans pareil. Les branches sont enlevées des arbres parentaux et sont ensuite clonées en les greffant sur le porte-greffe. Ces clones, ou plus précisément les pins de première génération, étaient le point d’étude du trio pour la journée alors qu’ils ont taillé et éclairci le pin blanc exigeant une attention. En outre, on a déterminé qu’ils sauvaient des arbres du redoutable charançon du pin, un insecte indigène nuisible des épinettes et des pins. Selon Ressources naturelles Canada, le charançon du pin « ... est l’insecte nuisible le plus sérieux et des plus importants du point de vue économique de la régénération des épinettes et des pins au Canada. » En plus d’étudier le charançon du pin blanc, le groupe du PRF s’est concentré sur tous les signaux et les symptômes de la rouille vésiculeuse du pin blanc, un champignon invasif qui tue ultimement l’espèce. Avec leur insectifuge, les cisailles à lames inclinées et « leurs faux moissonneuses sinistres », le groupe du PRF a réussi collectivement à tailler le pin, et à la suite de cet exercice, ils ont pu affirmé qu’ils ont sauvé plusieurs vies (d’arbres évidemment). Toutefois, il est important de souligner qu’ils ont noté peu de preuves du charançon empoisonnant du pin, même si une taille collective demeurait nécessaire pour encourager la croissance maximale. Même s’il est possible de décrire le travail réalisé au cours de l’excursion dans l’aire de recherche Gurd de « sélection naturelle influente », le groupe a tout simplement aidé dame nature dans ses tâches de production de la qualité et de la quantité de pins blancs sans pareil. Une taille plus corrective et la suppression du charançon du pin blanc et de la rouille vésiculeuse seront effectuées dans un avenir rapproché. Si vous prévoyez aider dans l’aire de recherche Gurd, assurez-vous de demeurer hydraté, d’être bien habillé et pour assurer votre propre confort, n’oubliez pas votre insectifuge!

Haut de la page


Événements à venir

Le PRF sera en vedette dans la série de conférences électroniques de l’IFC-CIF

À l’heure actuelle, le Partenariat est en train de planifier deux conférences électroniques avec l’IFC-CIF : la première sur les projets en Ontario qui doivent commencer entre septembre et octobre cette année et une autre conférence simultanée en français et en anglais de mars à décembre qui présentera les projets de sciences et de recherche de l’université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Même si la conférence de l’Ontario est confirmée, l’autre conférence électronique est encore à l’étape de la planification. Ces conférences électroniques rejoindront plusieurs centaines de professionnels et de praticiens de la foresterie à travers l’Ontario et le Québec.

Pour des renseignements détaillés sur les conférences électroniques en Ontario, cliquez ici

Cliquez ici pour des renseignements supplémentaires au sujet des conférences électroniques sur les thèmes du PRF.

Haut de la page


Points d’intérêt

Conseils sur les arbres

La semence des glands du chêne rouge
Aire de recherche et de démonstration sur le chêne rouge dans le canton de Phelps
Projet no 120-801

tree tips

 

 

 

 

 

 

L’objectif

Le chêne rouge est une espèce importante de la forêt de la région Grands Lacs Saint-Laurent en Ontario et est une composante dominante des forêts de feuillus et de forêts de feuillus mixtes de chênes et de pins de l’Amérique du Nord depuis plusieurs milliers d’années (Lorimer 1993). Toutefois, la suppression des incendies et un intérêt croissant pour la conservation de la forêt dans les années 1930 ont réduit la fréquence des perturbations qui favorisaient le régénération du chêne rouge (Guyette et Dey 1995), entraînant un remplacement de succession normale du chêne par des espèces tolérantes à l’ombre comme l’érable à sucre, le hêtre et l’ostryer de Virginie (Parker 2000). L’usage à grande échelle de la sélection d’un arbre unique pour gérer le bois dur a dominé les peuplements jusque dans les années 1980 et a contribué à la dominance des espèces tolérantes à l’ombre dans la couche de la régénération. Depuis le milieu des années 1980, des modes de remplacement à la sélection d’un arbre unique, comme la récolte progressive et la sélection de groupe sont utilisées pour créer des conditions qui sont favorables pour la régénération du chêne (Sander 1979, Hannah 1987). Le succès a cependant été varié et inégal.

En juillet 2004, un grand peuplement de chêne rouge (Quercus rubra) a été récolté dans le canton de Phelps, district de North Bay, Ontario, un utilisant le système progressif uniforme. La proximité de ce peuplement de North Bay a fourni la possibilité unique d’étudier et de démontrer les méthodes et les coûts liés à la gestion du chêne rouge, y compris l’utilisation de l’ensemencement du gland comme méthode pour la régénération du chêne rouge.Cliquez ici pour consulter le rapport complet. (Cliquez ici pour la plantation et l’entretien du chêne rouge - document pdf)

Haut de la page


Les dernières nouvelles sur les campus

Nip U

ALLOMETRIC MODEL PARAMETERS FOR PREDICTING CANADA YEW (TAXUS CANADENSIS) BIOMASS FROM COVER-BASED INVENTORY DATA

Thomas Quint – Candidat au BSc (géographie)

Paramètres du modèle allométrique pour prédire la biomasse de l’if du Canada (Taxus canadensis) des données de l’inventaire sur le couvert arboré

Les taxanes extraits de différentes espèces de la famille de l’if (Taxaceae) fournissent les matériaux bruts pour la production d’un agent chimiothérapique qui peut être utilisé pour traiter une variété de genres de cancer. La demande actuelle pour ces taxanes est élevée et l’if du Canada (Taxus canadensis), un arbuste sempervirent natif des régions forestières des Grands Lacs Saint-Laurent et boréales de l’Ontario est prometteur à titre de source significative de taxanes. Toutefois, un obstacle important à la gestion durable des ressources en if sauvage du Canada est l’absence d’inventaires adéquats. Les inventaires des sous-étages d’espèces  sont en général fondés sur des modèles qui prédisent les valeurs de la couverture en pourcentage au niveau du polygone, basés sur les données environnementales au niveau du paysage. Les modèles fondés sur la couverture offrent l’avantage de fournir une collection de données efficaces sur le terrain, mais ne contiennent pas l’information critique sur la récolte sur pied et l’affectation de la biomasse aux aiguilles, aux pseudo-troncs et aux arilles. Comme première étape en vue de développer les outils quantitatifs nécessaires pour bâtir un inventaire de l’if du Canada en Ontario, il faut des modèles qui pourraient prédire la récolte sur pied à partir d’un inventaire du couvert. A suivre…   


Scott Perry

Scott Perry – Candidat au BA spéc. (biologie)

Les effets de la composition et de la diversité des espèces sur la productivité et la stabilité écologique des peuplements de forêt boréale au cours des conditions de sécheresse

L’hypothèse diversité-stabilité suggère qu’un plus grand nombre d’espèces dans un groupement engendre une plus grande stabilité des fonctions de l’écosystème (par exemple, productivité) au cours des périodes de conditions environnementales en changement. Cette hypothèse a fait l’objet d’études dans plusieurs écosystèmes différents et a obtenu des résultats variables. De plus, relativement peu de ces études se sont concentrées sur les écosystèmes forestiers. Le but de la présente étude est de déterminer si la richesse de l’espèce et la composition du groupement d’essences à l’intérieur des peuplements de forêt boréale affectent la productivité, la résistance et la résilience au niveau de la réaction face aux perturbations importantes comme la sécheresse. À suivre…


Paul Courville

Paul Courville - Candidat au BA spéc.

Enquête sur l’application des données LiDAR du sol pour raffiner les modèles du redressement de la biomasse et du produit pour les arbres des forêts boréales

De nouvelles technologies de télédétection comme LiDAR (Light Detection and Ranging) ont récemment été utilisées pour le développement d’inventaires améliorés des ressources forestières. Les données aéroportées du LiDAR (AL) ont démontré la capacité de fournir des évaluations exactes des paramètres des peuplements, comme la hauteur et la surface terrière, qui sont adéquates pour les inventaires traditionnels sur les ressources forestières. Les systèmes LiDAR terrestres ou au sol (GL) peuvent mesurer les caractéristiques au niveau de l’arbre individuel, comme la décroissance du tronc et l’indice de la surface foliaire, qui pourraient aider à obtenir des évaluations plus exactes des ressources en biomasse nécessaires pour le développement de nouveaux inventaires de bioproduits. Dans cette étude, le système GL sera utilisé pour déterminer les données traditionnelles (par exemple, le dhh, la hauteur du tronc) et les nouvelles données (par exemple, angles de la branche, longueur de la couronne de l’arbre, forme, volume) et utiliser ces données pour établir des estimations de la biomasse totale et la composante (par exemple, tronc principal, branches, feuillage) pour les arbres individuels dans les peuplements qui représentent différents niveaux d’occupation du site (par exemple, densité du tronc). Les peuplements seront situés dans la forêt Romeo Malette, à l’ouest de Timmins en Ontario. À suivre… 



Les dernières nouvelles sur les campus  (suite)

trent home

Rhiannon Leshyk

Rhiannon Leshyk – Candidate à la M. Sc.

Est-ce que les pratiques forestières créent un environnement stressant pour les oiseaux nicheurs?

La recherche de Rhiannon cerne les effets de la récolte par sélection de groupe sur les parulines couronnées (Seiurus aurocapilla). Les parulines couronnées sont de petits oiseaux chanteurs migrateurs de terrains boisés intérieurs. Ils hivernent en Amérique Centrale et migrent ensuite au nord et au nord-est de l’Amérique du Nord pour se reproduire au cours des mois d’été. Lors de l’accouplement, les parulines couronnées préfèrent choisir des sites dans de grandes parcelles de terrain de forêt intérieure à couvert dense. Cette caractéristique fait d’eux une excellente espèce d’étude pour évaluer les effets des perturbations à l’intérieur de la forêt. À suivre…


Karla Falk

Karla Falk – Candidate à la M. Sc.

Les modèles spatiaux de la sélection, de la prédation et du parasitisme de l’emplacement du nid avien dans les forêts caducifoliées gérées de l’Ontario 

La structure de la végétation est jugée être un facteur clé influençant où les oiseaux des forêts placent leurs nids et la probabilité que leur nid sera victime des prédateurs et/ou attaqué par les parasites du vacher à tête brune. Des recherches antérieures se sont concentrées sur l’identification des caractéristiques de l’habitat qui influencent la sélection du lieu du nid et les succès de la nidification, en comparant la localisation du nid avec des sites aléatoires disponibles ou des localisations fructueuses de nids à des endroits infructueux. Les résultats se sont cependant avérés très variables : de grandes généralisations étaient donc difficiles à atteindre. Une méthode de rechange pour clarifier la relation entre la sélection de l’endroit du nid, le succès de la nidification et la végétation pourrait être d’étudier les modèles d’une façon explicitement spatiale. Autrement dit, évaluer le placement du nid et les événements de prédation et de parasitisme en ce qui a trait à leur emplacement spatial dans une forêt. Les nids sont peut-être regroupés dans certaines régions d’un peuplement forestier qui peut être caractérisé par des caractéristiques spécifiques de végétation. De même, il pourrait y avoir des régions dans la forêt où moins de nids sont victimes des prédateurs et/ou des parasites, et ceci pourrait être lié à la végétation dans cette région. L’objectif de mon étude est d’utiliser le modèle spatial pour comprendre la variation à fine échelle présente dans la sélection de l’endroit du nid, dans la prédation du nid et du parasitisme à l’intérieur des habitats. En utilisant cette approche, j’ajouterai aux études précédentes pour identifier plus efficacement les caractéristiques de l’habitat utiles pour les gestionnaires forestiers (par exemple, surface terrière, fermeture du couvert forestier), qui favorisent le succès de reproduction des oiseaux chanteurs dans les paysages gérés. À suivre…


Sonya Richmond

Sonya Richmond – Candidate au doctorat

Survie et usage de l’habitat par le cardinal à poitrine rose adulte et le jeune à l’envol dans un paysage forestier exploité par sélection d’arbre unique

Le principal but de ce projet est d’étudier les effets à long terme de la sélection d’un arbre unique sur la structure et la composition de la forêt ainsi que de déterminer si les modifications des caractéristiques de la forêt à la suite de la récolte correspondent aux changements écologiques du cardinal à poitrine rose. Comme partie intégrante de cette étude, nous préparons des cartes détaillées des territoires pour déterminer la densité et le succès de l’appariement du cardinal à poitrine rose mâle dans chaque zone d’étude. Les nids sont surveillés tout au long de la saison de reproduction pour permettre d’en retirer des évaluations du succès des nids. Des surveillances de nid d’une durée d’une heure sont aussi effectuées pour déterminer la fréquence à laquelle les adultes alimentent leurs oisillons. De plus, les jeunes à l’envol sont munis de transmetteurs radio et de bandes de couleur pour me permettre de décrire leurs taux de survie et les modèles de mouvement au cours de la période de l’après-envol. J’effectue aussi des enquêtes sur la végétation aux localisations des nids, aux endroits de l’entraînement à l’envol et à des endroits aléatoires jumelés à l’intérieur de chaque zone d’étude pour permettre la comparaison de la structure et la composition forestières entre les groupes d’âge et les endroits aléatoires  avec ceux utilisés par le cardinal à poitrine rose. À suivre…


Doug C. Tozer

Doug C. Tozer – Candidat au doctorat

Exploitation forestière sélectionnée et qualité de l’habitat pour l’accouplement des pics maculés dans les forêts caducifoliées tolérantes

Le pic maculé est un pic migrateur commun dans les forêts caducifoliées tolérantes mais, de façon surprenante, les chercheurs lui ont accordé peu d’attention. Il dépend des chicots, des arbres en déclin et des gros arbres adultes pour établir ses nids et de la construction des puits de sève et des anthropodes à la surface de l’écorce pour approvisionner les oisillons. Les puits de sève sont de petits trous percés dans les tissus vivants des arbres, à travers lesquels la sève sucrée est extraite. Ce pic buveur de sève peut être vulnérable à l’exploitation forestière, étant donné que les arbres adultes et en déclin sont ciblés pour la récolte et que les chicots sont baissés au sol pour la sécurité des travailleurs. Plusieurs animaux qui utilisent ces cavités comme abri ou qui boivent la sève des puits de sève profitent grandement de ses activités. À suivre…



Link to the University of Waterloo home page

Ryan Sim

Ryan Sim et Daniel Dong – Candidats à la maîtrise et au doctorat en science

Système de gestion et d’analyse de la gestion des ressources forestières – Modèle des données du SIG et outils de l’utilisateur

À l’heure actuelle, les forêts couvrent plus de 30 p. cent de la surface terrestre du monde et plus de 60 p. cent de la surface terrestre du Canada. Des études récentes ont indiqué que les méthodes traditionnelles de surveillance et de gestion forestières sont caractérisées par de nombreux défauts, y compris des difficultés sur le plan du renouvellement des données, le manque d’information spatiale et le travail manuel coûteux. L’impact de la mauvaise gestion forestière a entraîné une augmentation des perturbations naturelles défavorables, notamment : les inondations, les avalanches, des glissements de terrain et des menaces pour les processus de régénération naturelle des stocks forestiers. Des études récentes ont suggéré que l’utilisation des systèmes d’information géographique (SIG) peut être utile comme technologie viable et rentable pour améliorer l’efficience et l’efficacité de la gestion des ressources forestières tant dans le secteur privé que le secteur public. Un examen des modèles de données forestières actuelles est utilisé pour établir les exigences pour la mise à jour des ensembles de données désuets en vue d’assurer leur compatibilité avec les nouvelles bases de données géographiques des SIG. Ensuite, un nouveau modèle de données sera développé afin de l’utiliser avec un système de gestion d’information sur les forêts (SGIF) basé sur les SIG. Le rendement relatif entre les deux modèles de données est mesuré pour analyser les capacités d’efficacité et d’interopérabilité de chaque modèle. À suivre…

 

Haut de la page



Que pensez-vous de notre cyberbulletin?

Veuillez prendre quelques minutes pour nous présenter vos commentaires en  faisant parvenir un courriel à forest@canadianecology.ca

Veuillez acheminer ce cyberbulletin à vos collègues! Si vous désirez vous abonner ou annuler votre abonnement à ce cyberbulletin, veuillez envoyer un courriel à forest@canadianecology.ca

Pour consulter notre politique de confidentialité, visitez notre site Web à www.forestresearch.ca et cliquez sur « Politique de confidentialité » au haut de la page.

 

Haut de la page